Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ». | Le Club de Mediapart

Antoinette Fouque – « La violence contre les femmes règne partout : banale, structurelle et mondiale ».  | Le Club de Mediapart

La mère de la féminologie

"Le dictionnaire universel des créatrices" est édité sous sa direction, il rend hommage à celles qui ont fait avancé le monde depuis quarante siècles. Dans trois ouvrages, Antoinette Fouque décrit la féminologie. La théoricienne n'était pas réellement sur la même ligne que Simone de Beauvoir et ce qu'elle défend dans "Le deuxième sexe". Antoinette Fouque abhorre les noms en "-isme", qui réfèrent à une idéologie. Elle imagine dès lors le nom "féminologie".

Antoinette Fouque, une figure et des mouvements féministes

Cette théoricienne du féminisme fonde le Mouvement de Libération des Femmes avec l'appui de différentes militantes. Pour éviter toute récupération, la marque MLF a été déposée. Antoinette Fouque quitte le MLF lorsqu'elle s'envole pour les USA au début des années 80. Le mouvement, alors en proie à des luttes internes, perd de l’influence. A la fin des années soixante-dix, Antoinette Fouque et d'autres militantes décident de déclarer le Mouvement de libération des femmes comme une association.

Commandeur de la Légion d'honneur, cette grande dame décède en 2014. Antoinette Fouque participe à des rencontres au siège des Nations Unies mais aussi partout dans le monde pour défendre les femmes. Toutes les causes ont reçu son appui. l’Observatoire de la Misogynie et Le Collège de Féminologie ont été fondés par Antoinette Fouque.

Antoinette Fouque suit d'abord des études à l'université d'Aix-en-Provence puis s'installe à la capitale. La Marseillaise rencontre son mari alors qu’elle est toujours à l'université. Elle a de qui tenir dès lors que son père est un syndicaliste. Antoinette Fouque a vu le jour en 1936 à Marseille.

Les articles